Login

Stimuler la créativité collective par la sociocratie !


Rédigé par: Guy Veny

 

 Guy Veny Grow Your Business s’intéresse depuis quelques années à des modèles de management alternatif convaincu que les anciens systèmes ont démontré leurs limites. Travailler sur le processus de décision pour amener un autre type de gouvernance s’est vite imposé comme une des voies pour permettre aux entreprises d’enclencher un changement.   


Guy Veny explique : «Des études américaines ont démontré l’importance pour l’être humain de faire des choix, de décider. Décider ensemble cimente un groupe ! Maîtriser une méthode évite bien des problèmes, fait gagner beaucoup de temps et évite surtout de perdre beaucoup d’argent ». 

 


Lancer un processus de changement

La grande majorité des dirigeants d’entreprise sont conscients qu’il y a lieu de changer quelque chose dans le mode de fonctionnement de leur organisation. Mais comment faire ?

Auparavant, la détention de la connaissance justifiait la prise de décision par la hiérarchie, aujourd’hui ce n’est plus possible. Une majorité des symptômes de dysfonctionnement vécus en entreprise s’expliquent par ce type de gouvernance inadéquate. Pour survivre dans la complexité du monde économique, l’entreprise a besoin du plus haut niveau d’analyse pour bien décider. Ce n’est possible qu’en utilisant l’intelligence collective. Cela devient une nécessité ! Mais partager le pouvoir, c’est être confronté à la dictature de nos certitudes sur la logique et le bon sens… Mais quelle est la vraie priorité ? La survie de l’entreprise ou l’image du dirigeant ?

 

La « Gouvernance Dynamique »

La Gouvernance Dynamique appelée également Sociocratie change fondamentalement le type de gouvernance et s’articule autour du principe de collaboration. Elle fait émerger l’intelligence collective se base sur la mise en place d’un processus de décision clair.


En pratique, la Gouvernance Dynamique organise le processus de décision de toutes les équipes de l’entreprise (départements, atelier, direction, conseil d’administration, …). On y décide de ce qui est important pour le groupe : l’amélioration du processus de travail, la formation, l’évaluation, … 
La communication verticale est améliorée par la mise en place d’un « second lien ». Chaque entité de l’entreprise est déjà représentée au niveau hiérarchique supérieur par son responsable. Ce dernier est alors accompagné  par un représentant de son équipe : Un élu portant les talents et compétences de son équipe. Cette personne est appelée « second lien ».


En matière de gouvernance, c’est la clé de voûte du système. Ce second lien va permettre d’enrichir l’intelligence collective du niveau hiérarchique supérieur. Le chef d’atelier est accompagné de son second lien à la réunion des chefs d’atelier. Le directeur de production est accompagné de son second lien au comité de direction.


L’avantage de la Gouvernance Dynamique c’est que toutes les solutions proposées proviennent de l’intérieur de l’organisation. Le pouvoir hiérarchique s’exerce par la possibilité d’émettre des objections aux propositions de décision. Ces objections deviennent des opportunités de bonification. Toutes les décisions se prennent alors avec le consentement de tous.


Ne pas confondre avec le consensus où tout le monde doit dire oui. Ici, chacun a la possibilité de dire non. Mettre en œuvre une décision appuyée par tous n’engendre aucun frein d’ordre psychologique à son exécution. La Gouvernance Dynamique donne du sens à l’obéissance.


Le processus permet aussi à chacun de pouvoir s’exprimer et s’accompagne d’une multitude d’outils favorisant l’expression et développant la confiance. Ainsi, les participants sont centrés sur le projet. Les tensions et les discussions stériles s’estompent.

La Gouvernance Dynamique agit de front sur 4 plans : l’aspect concret des choses, le développement personnel, l’augmentation de la capacité relationnelle et l’élévation du sens des responsabilités.

 

Un management sous contrôle

Le processus devient la garantie du bon fonctionnement de l’entreprise légitimant le rôle du dirigeant et offrant un cadre spécifique pour les interventions des membres de l’entreprise.

La capacité d’analyse amenée par le processus permet à l’organisation de développer sa faculté à réagir très rapidement et souplement aux différents problèmes qu’elle rencontre.

 

Mise en œuvre

La Gouvernance Dynamique ne s’impose pas. Elle se met en place en ne détruisant rien en se juxtaposant aux structures existantes. Elle fait généralement tache d’huile en donnant envie aux autres. Ca peut aller assez vite et, en un an, une petite organisation peut s’y sentir très bien. Mais attention : recréer les conditions de confiance ne se décrète pas.

Tout le temps investi est rapidement récupéré à terme. Il s’agit de perdre du temps pour en gagner beaucoup ! Le ROI peut être positif dès la première réunion.

 

Résultats attendus !

La Gouvernance Dynamique augmente la productivité de 30 à 40%. La capacité d’autodiagnostic d’une équipe permet à l’entreprise d’économiser les montants octroyés aux bureaux de consultance spécialisés.


Elle développe aussi la créativité, l’innovation, la motivation, l’implication, le sens donné au travail, le bien-être dans l’entreprise, de la clarté pour tous, ...

La Gouvernance Dynamique n’est pas miraculeuse ni même LA solution, mais elle ne laisse jamais personne indifférent !

 

 

Guy Veny

Guy Veny
www.gyb.be

 

A propos de l’auteur
Paré en 1987 de son diplôme universitaire en Communication sociale et avec déjà de nombreuses expériences, c’est dans le monde de la communication et de la vente que Guy Veny rentre dans le monde du travail. Enrichi d’une success story comme agent d’assurances de 1998 à 2008, il change totalement de cap en 2009. Il souhaite partager sa recette du succès, mais pour lui, elle n’est pas suffisante. Il décide de la compléter avec une méthode de management cohérente pour harmoniser le fonctionnement des organisations et découvre la Sociocratie. Il s’y forme durant 2 ans. Il complète le tout par une formation en PNL et en coaching. Depuis 2009, il intervient au sein des organisations en tant qu’animateur de réunions ou dans l’implantation de la Sociocratie. Il y intervient de manière ponctuelle ou plus longue, donne des formations, des ateliers-conférences, diffuse la méthodologie et la teste avec succès dans une multitude d’activités et particulièrement dans le domaine de la formation, la pédagogie et l'andragogie.

 


visionné 1813 fois

Tags: créativité collective cocréation intelligence collective sociocratie gouvernance dynamique changement







Réactions récentes